• Accueil
  • > Archives pour octobre 2007

Archive pour octobre 2007

Sautez de la coquine à l’âme !

Vendredi 26 octobre 2007

L’automne n’a jamais été synonyme de joie pour Hamida Lamèche, d’ailleurs Octobre fait partie de l’automne, donc j’aurais pu dire directement : Octobre n’a jamais été synonyme de joie pour Hamida Lamèche ! Si vous palpez une ouate de bizarrerie dans la phrase précédente, vous comprendrez que votre décoiffée n’a pas le temps de nettoyer son chagrin humoral. Par contre, elle a difficilement pu avoir un break d’une journée, validé par le ministère du repos et de la natation, pour légaliser et traduire son attestation de chômage chez Abas, un charmant traducteur de Rabablanca. 

Au chemin du retour, Hamida Mentoufa se touche mollement les mèches en repensant à toutes les contrariétés qu’elle a du subir ces derniers jours et qu’elle va vous épargner pour une fois (rien n’est moins sûr). En rentrant chez elle, elle tombe sur une lettre dans sa boîte aux lettres (sans se faire mal, j’vous rassure). Le sourire s’esquisse, elle s’enivre à l’idée de recevoir du courrier (c’est mieux que les mails, n’est ce pas !). Ladite lettre a été expédiée par une vague connaissance synonyme de la toute première pharmacienne qui lui a dealé la pilule.  (Ne me regardez pas comme ça, mon texte est Halal jusque-là). 

« Chère Mentoufa, 

CECI N’EST PAS UNE PUBLICITÉ / Je sais que tu dois faire une drôle de tête en me lisant. Je t’envoie cette lettre par poste parce que j’ai trouvé ton adresse sur la colonne d’un Blog ! Mais aussi parce que tu m’avais beaucoup marquée par ta sensibilité et tes cheveux que j’ai décidé de reprendre contact avec toi. J’espère que tu te portes bien ! Au fait tes ovaires ça va ? 

Bref, si je t’écris aujourd’hui c’est pour t‘inviter à adhérer au nouveau collectif ‘‘vague de glamour’’ que je co-préside depuis peu. 

Les membres de Vague de Glamour sont entièrement de sexe féminin (sauf la standardiste, mais ça c’est une autre histoire)… ce collectif vise à promouvoir les beautés masculines dans le but d’accompagner les femmes non handicapées et célibataires en désespérance à préparer leur ménopause en fantasmant !      

Tu trouveras en pièce jointe, un catalogue de photos à visionner où tu pourras choisir quel homme te ferait le plus saliver. (Pense à un bol, pour la salive). 

Notre collectif est une association à but non lucratif, elle œuvre pour que les femmes non handicapées et célibataires en désespérance aient une fantasmagorie normale en attendant la ménopause. Nous serons donc honorés de recevoir ta participation autobiographique à cette noble cause en joignant un chèque de cinq cent dirhams à la liste des hommes canons que tu vas élire. » 

 

Ma foi, c’est ahurissant ! Hamida n’a rien compris,  si elle était à ta place cher lecteur, elle serait encore chez le traducteur ! Il est vrai que Lamèche est constamment éhontée par sa texture capillaire, c’est la raison pour laquelle elle peine à trouver son hameçeur. Alors, elle hésite pour la chose glamour machin truc parce que Hamida Mentoufa est anti-canons, pour elle, la beauté se cache dans les imperfections et les laideurs, elle trouve qu’on vit dans une société où l’image et l’apparence priment sur le sourire et l’authenticité, ce qui induit une forte corrélation entre le suivisme et la philosophie même du fantasme. Du coup Lady Mentoufa a du mâle à se projeter entrain de tirer un coup avec un Iniesta ou ‘‘Britishant’’ des culbutes sous un projecteur avec un Jude. Qu’elle (trouve SUPER sexy) méconnaît justement ! 

Hamida Mentoufa préfère donc toucher du concret mais en attendant, elle fantasme sur Einstein, son chaton marocain de couleur rose, décoiffé et timbré comme elle. Qu’elle va caresser avec glamour durant toute la nuit jusqu’à ce qu’elle comprenne que – se dorer la pilule, c’est jouissif -     

Hamida toi même !

Dimanche 21 octobre 2007

Hamida Lamèche a déjà fait ses preuves sous le toit délicat d’une autre plateforme de Blog qui a fini par la trahir après quelques 20 mois de liaison électronique.  Ayant le moral niqué et l’air pas niqué, elle décide de prendre son cou, sa rage et son courage à deux mèches pour re-commémorer ses commérages ici et là. Là Voici, là Vsd et là voilà avec vous ; un semblant de femme marocaine extraordinaire à (re)découvrir… 

 Tout a commencé gentiment par la rencontre de Larbi Bouzghiba Laâmech (originaire de Bajaâd) et Françoise Bezbouz (Franco-Marocaine Juive originaire de Tit-Mellil). Larbi est un ancien combattant; il a défendu les couleurs du 11 national lors de la bataille  »Mentoufator L’8 » Contre Ayoub Schwarzeneger (le gouverneur de California h’da Marjane). Françoise, quant à elle, était esthéticienne pour chattes à Tit-Mellil. Ces deux là se rencontrèrent le 31 Décembre 1979 dans le salon VIP d’un Pub Huppé à Bajaâd ..et bien sûr ils poursuivirent la soirée at home. Une soirée chouia à rosée qui donna naissance le 31 Octobre 1980 à Hamida. Les plus forts en Maths me diront que c’est plus de 9 mois. eh oui ! Il a fallu 10 mois et une cléopatrienne (féminin de César-hyène) pour que voit le jour Hamida (qui n’est pas prématurée mais post-maturée).  Au fur et à mesure de son existence, notre amie Hamida Lamèche s’est longtemps fatiguée à trouver un sens à cette vie, c’était tellement ahurissant qu’elle décida d’abandonner et de se contenter de combattre la bêtise et de critiquer les choses critiquables de notre société. Hamida n’a ni la langue ni la mèche dans la poche, elle n’hésite pas à exprimer son désaccord, elle ne voit pas pourquoi certaines choses devraient demeurer non-contestées ou tacitement enterrées. 

Hamida est née à Taämockmroufel. Aujourd’hui, elle habite à la maison blanche (Casa-Blanca).  Mlle Laâmech est une vraie gaffeuse ! Elle n’arrive jamais à se coiffer correctement. Elle est le genre à toujours oublier ses clés et son dernier souci c’est de réfléchir ou de faire des résolutions. Chez elle, c’est toujours question de cheveux. Au quartier on l’appelle Mentoufa mais pour se la jouer ‘IN’ elle préfère Lamèche. Nonchalante mais intelligente, belle et rebelle, Hamida ne fait pas dans la dentelle .. drôle malgré elle, Mentoufa fait dans la satire, l’humour et l’ironie. Hamida Lamèche nous ressemble et nous traduit. Aimant le khôl et les massages, elle est une femme authentique qui adore prendre soin d’elle. D’ailleurs notre amie s’intéresse plus à la culture qu’au  »préfixe » du même mot bien qu’elle soit une vraie polissonne.