• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

Archive pour janvier 2008

Hamida carbure au SpeeD

Mercredi 23 janvier 2008

Pour des raisons calendériques et météorologiques (non ce n’est pas le réchauffement planétaire, arrêtez de me prendre la tête !), Hamida Lamèche décide de sortir de ses gants pour trouver un compagnon. L’hiver est chiant et le célibat l’est encore plus surtout avec un dôme-missile doté d’une cheminée biaisée, Lady Mentoufa opte alors pour (ce qu’elle appelle) ‘‘l’hormonie d’échelle’’, autrement dit, héberger un homme qui pourrait apporter plus de chaleur qu’un chauffage…

Notre amie est tellement hors service qu’elle ne réalise pas qu’elle est entrain d’associer la virilité d’un mâle à un vulgaire appareil ! Ne soyons pas hypocrites, admettons que si Dieu a créé l’homme, c’est parce qu’un vibromasseur ne sait pas tout faire !

Hamida Mentoufa émerge de son lit avec la tête dans le cul, elle se retrousse les manches et les mèches pour une heure d’assainissement capillaire afin d’être fin’ présentable à un p’ti déj’ devant son téléviseur Samsung écran LCD full HD de 70 pouces. Même avec une démoralisation fidèlement traduite par ses cernes, Hamida garde le sourire (vrai) face à l’actualité importante et aux news people, mais pas au point de consentir à la relation amoureuse entre Sarkozy et Carla Bruni, Lamèche est sûre que cette amourette cache du second degré ! L’amour n’est pas si con !!! Chais pas c’est un peu comme imaginer Barack Obama fourniquant avec Paris Hilton, ou encore Assâad Bouab sortant avec Nouzha Skalli ! À force de voir le couple Sarko-Carla vivant le grand amour avec un grand T en longeant les pyramides et les plages du monde, Hamida se dit si un lilliputien relativement moche se tape une top model italienne physiquement avantagée, c’est que même une Mentoufa a toutes ses chances.

Hamida se prépare alors pour se faire bombasse et sexy (je sais, pas crédible… mais faites semblant) pour une chasse à l’homme pas comme les autres. (Hmm mais comment va-t-elle procéder ?) (Euh chais pas ? Tu proposes ?) (Elle peut s’habiller en jupe et faire un tour de côte) (Non ça fait pute) (Alors, commander un orange shake au vénézia ice !) (Ça fait désespérée a sahbi) (Ben chais pas, cherche un truc original ou laisse-la se débrouiller toute seule) (chhut j’ai trouvé, va reprendre ta lecture…).

Et comme le hasard n’existe pas, notre Célibatifolante vient d’écoper d’un sympathique texto l’invitant à un Speed-dating dans un piano-bar branché de la ville blanche… à l’approche du délai valentin, ça ne pouvait pas mieux tomber. Un passage éclair s’impose chez son amie Keltoum, coiff(oir)euse à ses heures trouvées… Le marocain Lambda ne comprendra jamais pourquoi les jeunes femmes se coiffent SPECIALEMENT pour aller à une sortie ou une fête, c’est exactement comme un mec qui fait des compliments juste pour tirer un coup !

Sapée comme une meneuse de revue du 17ème arrondissement parisien et maquillée telle une voiture volée, la Calamity Jane marocaine se pointe au lieu du speed-dating avec un enthousiasme excitatif…

Le responsable : Bonsoir, vous êtes l’hôtesse d’accueil ? vous avez du retard ! Hamida : Non non m’sieur, je participe au speed-dating ! Le responsable la détaille et esquisse un sourire : Votre nom ? Hamida : Hamida Laâmech mais on m’appelle… Lamèche (en glissant sa french manucure sur sa chevelure vers l’arrière) ! Le responsable : Okey, Hamida Lamoche, table 3, remplissez cette fiche…

Le stoune vient de commencer, les femmes sont assises à des tables et les hommes passent d’une table à une autre. Chaque mec a 7 minutes pour faire le paon, au bout du décompte, il passe à la Juliette d’à côté… à la rigueur, c’est sympa pour se faire charmer, pour sentir qu’on plaît (ou du moins avoir l’impression qu’on plaît) ou pour une aventure d’un soir mais sûrement pas pour la vie.

Candidat 1 : Salut Beauté, comment tu t’appelles ?

Hamida : Comme ma coiffure l’indique, Mentoufa !

Candidat 1 : Non ça te va bien !

Hamida : Tu m’ennuies…

Candidat 1 : C’est réciproque mais j’te sauterai bien !

Hamida : Dans tes rêves.

Candidat 2 : Bonsoir Hamida, qu’est-ce qui t’as donné envie de venir ce soir ? 

Hamida : Mon ex-mari a été emprisonné et j’ai eu la garde des enfants dont un est séropositif, j’ai une tonne de dettes et pas de boulot pour payer ma dose de speed quotidienne.

Candidat 2 : Euh oui bon on s’appelle hein !

Candidat 3 : Salut coucou bonsoir, je sais que 7 minutes ça passe vite même plus vite qu’une femme qui gare sa voiture, donc je vais speeder ok ? hein ok ? ok ? hein ? Oui donc je disais ! Moi c’est Omar (comme Omar et Fred hahaha) et je cherche une relation pour ne pas rester célibataire, c’est-à-dire pour sortir avec une fille et devenir accompagné ! J’ai une excellente situation et je vis chez mes parents, j’écoute Gregory Le Marchal et je suis vierge.

 Hamida : Je te vois plus comme une amie. Suivant !

Lamèche perd espoir, si on galère autant pour vivre une aventure d’un soir (faut pas se cacher la face) alors imaginons la galère pour trouver l’homme qui partagera tout le reste de notre vie !

Le 4ème larron est du type bad boy, grand coquet, et bien sur lui (et sur une fille) ! Hamida : Qu’est ce qui te différencie de tous les autres ?

Mustapha : Je suis spontané et de bonne compagnie, je sais faire rire une belle demoiselle sans être prétentieux, j’ai de la conversation et j’adore les cheveux.

Hamida : Et en venant ici, tu cherches une relation sérieuse ?

Mustapha : Pas forcément, je préfère m’amuser mais si le plaisir est durable, j’y penserai parce que je suis honnête avec moi-même. Hamida : Touche mes mains…

Mustapha sourit, Hamida s’extasie, le couple est formé… Les deux glosés se cochent et partent ensemble…

Itinéraire salutaire pour notre (ex)célibattante, ‘‘LE’’ accompagna ‘‘LA’’ jusqu’à chez elle… Hamida lança : ‘‘Bon ben si tu veux…’’… Moos posa ces lèvres sur celles de La Mentoufa comme une virgule sur une phrase.

…On monte ?

Lady Hamida est enchantée, son toucher est jouissif, le divan est confortable, Le Samsung amuse le décor, Sarko et Carla au diable. Notre amie a enfin trouvé ce qu’elle cherchait depuis le début de cette chronique, de la chaleur. De la chaleur ! C’est Hot… même un peu trop ; à force de rêvasser en pensant à la chaleur, Hamida, seule, a fini par se coucher dans le salon… trop près de la cheminée, sa chevelure part en vrille… Et sa journée ressemblera à ce que vous êtes entrain d’imaginer. Chauve qui peut.

Pas rasée et paparazzi (Interview décalée)

Mercredi 16 janvier 2008

La chétive désaimée a atteint l’orgasme de la paranoïa, Hamida Mentoufa est inquiète… Elle a peur ! Elle ne supporte pas d’être sous les projecteurs ! Pourquoi elle se retrouve brusquement l’une des nominés des meilleurs blogs humoristiques ? Serait-ce un canular de mauvais poil ? Ou possiblement un méprisme généralisable ? Depuis quand la calvitie féminine et (cri)staline fait rire le monde ? Hamida se torture également les neurones pour trouver une seule raison valable qui a poussé les vice-présidents de Google à la convoiter ! Sans parler de 2M et l’A.F.P qui souhaitent l’interviewer comme ça du jour au lendemain. 

Hamida Lamèche n’a pas la langue dans sa poche, quand un journaliste ose l’envisager, ça donne des réponses sans équivoques : 

 

Q : Tes aventures sont-elles vraies ou imaginaires ? 

H : Tout ce que je sais, c’est qu’il s’agit d’une tramédie réellement burlesque. 

Q : y’a-t-il un début de vos histoires qui vous a le plus marqué ? 

H : Yup… celui de Lionel Messi, est un des buts remarquables. 

Q : C’est qui ta muse ? 

H : à vrai dire, je m’amuse bien et toi ?! 

Q : Tu te drogues quand tu écris ? 

H : Est-ce que ça a un rapport avec ma réponse précédente ? 

Q : Non… 

H : Okey, vous pouvez alors répéter la question ? 

Q : Tu te drogues quand tu écris ? 

H : Oui, bien sûr tout le temps… Mais je ne suis pas dépendante de l’écriture à ce point.   

Q : Pourquoi tu es constamment décoiffée depuis ton plus jeune âge ?     

H : Parce que maman était méchamment poilue le jour de l’accouchement ! 

Q : Votre péché mignon ? 

H : je pisse debout J 

Q : Allez-vous assister à la soirée Maroc Blog Awards dans 2 semaines ? 

H : Ca sera probablement la date d’une brève parution hors coulisses. By the way, si ce Blog remporte sa catégorie, Mentoufa fera une danse orientale, un striptease et elle se coupera les cheveux en Live. 

Q : Vous vivez seule ? 

H : Oui, je suis célibataire et indépendante et je visite mon papa régulièrement ! 

Q : Quelles tâches ménagères vous rebutent le plus ? 

H : les tâches de rousseur surtout… 

Q : quel métier auriez-vous aimé exercer dans une autre vie ! 

H : être payée à ne rien faire. Sinon pour être raisonnable, vétérinaire pour chiens (oui, comme ma défunte maman). 

Q : Désolé, elle faisait quoi votre maman avant de mourir ? 

H : Elle agonisait ! 

Q : Euh d’accord… Vous avez des animaux sinon ? 

H : Oui, j’ai deux chatons, Einstein et l’adorable Siviana. 

Q : Quel regard portez vous sur la mode ? 

H : Euh déjà je porte pas de regard, je porte du Mango 

Q : étiez-vous bonne à l’école ? 

H : Comment ça bonne ?! 

Q : ce n’est pas ce que vous croyez ! Par exemple est-ce que vous étiez forte en maths ? 

H : Evidemment… comme toute femme intelligente qui se respecte, je suis très matérialiste ! 

Q : Votre souhait ? 

H : Assumer mes arrondissements. 

Q : Votre rêve ? 

H : Devenir écrivaine et co-écrire un livre sur la sexualité qu’il faudra lire dans les deux sens. 

Q : Peut-on rire de n’importe quoi mais pas avec n’importe qui ? 

H : il faut que n’importe quoi soit rigolo d’une manière ou d’une autre, que ce soit une grimace, une vanne, un problème, une coiffure, un télétubbies ou un réfrigérateur. 

J’estime que l’humour est comme un vêtement… d’ailleurs, dans la vie normale, il vaut mieux être habillé plutôt que tout nu ! 

Q : Hamida Mentoufa, Faut-il coucher pour réussir ? 

H : Affirmatif, mais faut surtout toucher (les gens) pour réussir. 

Lamèche éméchée par un réveillon amoché

Jeudi 3 janvier 2008

Hamida Mentoufa vient de punaiser ses premières résolutions sur son nouveau calendrier !  Expérimenter le speed-dating, arrêter d’allumer ses cigarettes à l’envers, peser son Q.I, aller chez le coiffeur en 2008, arrêter d’induire une nation en erreur en racontant sa première fois, sauter à l’élastique en portant un string, en ayant ses règles tout en écoutant Enya, trouver une alternative au tampons o.b, arrêter de demander si Merci est masculin ou féminin, se fiancer avec un Canon (pas un appareil, un homme)… de préférence qu’il soit chauve et réel et surtout arrêter de pisser debout ! 

Notre verveuse stoppe le 6ème épisode de ‘‘Californication’’ pour se préparer et se mettre sur son 31

(suite…)