• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Archive pour février 2008

Hamida Lamèche est l’avocate de Fouad Mourtada

Mardi 26 février 2008

Bande d’enculés, Bonjour. 

En dépit des apparences, Hamida Lamèche est une femme instruite et savante (ça va glisser ?). A son âge, elle a eu à pratiquer une quinzaine de métiers aussi crapuleux les uns que les autres… Mais toute éclectique qu’elle est, notre amie sait surprendre et ne montre ses talents cachés que rarement : quand le devoir l’appelle. 

Quand Hamida Mentoufa avait l’âge éligible pour vénérer Tokio Hotel, elle a préféré faire l’université du droit (chemin) parce qu’elle était certaine que, plus tard, le monde aurait besoin d’une avocate comme elle pour patamodeler les zigzags éventuels. 

Ayant remarqué l’hilarante déferlante du site Facebook, Hamida a tout de suite flairé l’arme à double tranchant ! Elle s’y est inscrite par ‘‘fdoulisme’’ (oui oui) et a compris que le Maroc ne marchait plus sur des oeufs, elle a frôlé la crise cardiaque (de la rigolade) en voulant classer les bêtises affabulées par les facebookinistes ! Mais la meilleure du TOP 10 était l’arrestation de Fouad Mourtada, un jeune ingénieur informaticien (et accessoirement une connaissance éloignée), pour avoir créé une page au nom du prince Moulay Rachid !!!                    

 

Lieu : Tribunal de première instance de Casablanca. 

 

L’audience est ouverte au public, la salle est remplie, les accusateurs ressemblent à Men In Black et les jurys aux concepteurs de
la RTM, l’employé du tribunal qui tient 60 Hizeb schlingue les sardines, Madame le juge nettoie ses lunettes afin de cacher ses poches et Hamida l’avocate de défense est en retard ! 

L’atmosphère neutre se brise par l’arrivée de Maître Lamèche vêtue d’une toge d’avocat, un sparadrap aux cheveux ! … ‘‘Salamo alaikom sa3adat lhoudour lkarim’’ 

Madame le juge : ‘‘Tâchez d’être à l’heure maître Hamida’’ 

Hamida rétorque naïvement ‘‘Ah vous parlez Français !!’’ avant de prendre place aux côtés de son collègue de défense. 

Le tribunal fait solennellement son entrée, annoncée par une sonnette. Levez vous, c’est un salut respectueux du tribunal, qui juge au nom du peuple marocain.     

Hamida susurre à son confrère : ‘‘Dommage, je n’ai pas eu le temps d’apprendre les paroles de l’hymne national !!’’   

Maître Mouâjiza : ‘‘Chère collègue, concentrez-vous sur la plaidoirie, notre jeune client risque la prison’’. 

Soudain le procureur gêne et râle : ‘‘Vous pouvez vous rasseoir… Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, rappel des faits (Jingle) : d’après une enquête extraordinaire, l’inculpé répondant au matricule 660BD132 a été maîtrisé le 05 février dernier avec une gentillesse inégalée. Deux policiers si vils lui ont habilement expliqué ses droits. Deux jours plus tard, il est accueilli à la prestigieuse suite d’interrogation pour coopérer avec un agent du FBI (FaceBook Investigation). Ayant reçu trop de ‘‘coups de main’’, l’accusé a fini par avouer son délit d’avoir créé, par admiration et curiosité, l’une des identités virtuelles du prince Moulay Rachid. Selon l’article 607-7 et 381 du code pénal, monsieur Fouad Mourtada risque entre 1 et 5 ans de prison ferme (ta gueule) et une amende allant jusqu’à 100.000 Dhs’’.      

Madame le juge : ‘‘La parole… à la défense’’ 

Maître Hamida Mentoufa : ‘‘Je vous remercie madame le juge… à moi la parole ! Cher auditoire, je m’adresse à vous aujourd’hui comme si je m’adressais à mon petit frère ou à ma grand-mère, je m’adresse à vous aujourd’hui comme si vous étiez tous des Fouad Mourtada. Je ne quémande ni votre compassion ni votre sympathie, je veux toucher l’humain en vous parce que l’injustice est touchante et l’erreur est humaine. Je me permets de souligner que les faits rapportés par monsieur le procureur ont également des méfaits… insoupçonnables d’égarement. Je m’explique… Facebook est un site Web de réseau social destiné à rassembler des étudiants et des familles. Il rassemble aujourd’hui, 22 février, quelques 64 millions de membres à travers le monde. Mon client est un de ces 64 millions et Facebook pourrait non pas rassembler sa famille mais la détruire ainsi que toute sa vie…’’ 

- Objection votre honneur, il n’avait qu’à ne pas créer ce Facebook - 

 Hamida pète un demi-ricanement avant de poursuivre : ‘‘A priori vous méconnaissez le contenant de l’inculpation. Mais votre objection servira un jour au scénario d’un film de la même veine que ‘‘La chambre noire’’ et ‘‘Les anges de Satan’’. 

Mesdames et messieurs, Facebook c’est comme un café où nous pouvons et draguer et parler affaires. Dans un café, tu peux même dire que tu es Rocco Sifredi alors que tu as un p’ti zizi.   

Madame le juge, pensez-vous que les autres 63.999.999 membres de Facebook sont des anges ? … J’en doute ! Certains d’entre eux se font passer pour mère Térésa et pour Michael Jackson. Alors, faisons attention à nos enfants… Nous ne sommes pas à l’abri de la vénération pour les personnalités influentes. C’est toujours mieux que l’indifférence. En créant ce profil du prince, mon client n’a commis qu’une seule erreur : se divertir ! 

On aurait peut-être pu contacter les responsables du site pour demander courtoisement une suppression protocolaire ? 

Cher auditoire, je ne sais pas pour vous mais personnellement, je vois très très mal Fouad, notre ami ingénieur, partageant une cellule de prison avec des dealers, des terroristes et des violeurs d’enfants. Si on le coffre aujourd’hui, il risque de devenir comme eux à sa sortie… Fouad est lauréat de l’école Mohammadia des Ingénieurs. En 2004, il a réalisé un site pour orienter les jeunes universitaires marocains ! Madame le juge, le Maroc est un pays ouvert à toutes les cultures… Aujourd’hui Internet au Maroc fait manger des milliers de familles… Nous sommes un peuple qui a le sourire vrai aussi bien à la fête du trône qu’à Noël pourtant Fouad, lui, a passé
la Saint-Valentin dans un trou noir juste parce qu’il aime notre prince et qu’il le fait savoir !!!       

Madame le juge, je demande à votre tribunal l’annulation immédiate de cette accusation… Je vous remets l’expression de ma requête. 

Madame le juge : ‘‘En conséquence de ce qui a été exposé et des pièces à convictions… Le tribunal annoncera le jugement final dans 10 jours. Autre chose à ajouter avant de lever ?’’ 

Hamida Mentoufa : ‘‘Oui votre honneur : Une fois, j’avais 16 ans, mon père avait appelé la police pour signaler la disparition de sa voiture. Ils m’ont accusé de l’avoir volé… alors que j’étais juste allée voir les étoiles’’.         

Les seins, en valent-le-teint

Mercredi 13 février 2008

Après avoir pratiqué son jogging matinal, Hamida Lamèche et son justaucorps ridicule décident de se faire une p’tite parade gymnastico-ornementale en longeant le boulevard de la corniche… Plus somptueuse que Hamida, tu meurs (du cerveau). Inutile de vous expliciter que la lecture de ce qui précède aurait été meilleure avec la chanson d’alerte à Malibu (avec un Aïn Diab photoshopé bien sûr) ! Maintenant que c’est trop tard, concentrez-vous sur ce qui suit…  Lady Mentoufa observe 10 minutes de stretching avant d’exécuter une série de fléchissements des bras. Notre Marion Jones (version décoiffée) décide alors de couronner son échauffement par un p’ti grand écart tranquille comme ça vite fait ! AïïïÏïïïïïïe… le grand écart se transforme en grand corps malade. Le justaucorps est ‘‘amoché’’ et Hamida ne peut plus se relever. Et comme le hasard ne fait pas bien les choses, c’est l’ex à Hamida qui débarque de nulle part : ‘‘Hey tu me fais quoi là ? Tu luttes ?’’ 

Hamida : ‘‘Turlutte ta mère, connard’’      

Mbarek Obaha : ‘‘Personne n’a parlé de turlute Hamida ! Je croyais que tu faisais de la lutte’’ 

Hamida ‘‘ouais c’est ça espèce d’obsédé tu crois plutôt que je suis Pamela Anderson. Bon aide-moi à me relever !’’ 

Mbarek Obaha : ‘‘C’est vrai que t’as besoin d’un soutien’’ 

Hamida : ‘‘Comment ça ? Tu vois mes seins ?’’ 

Mbarek Obaha : ‘‘Mais non… T’as bu du Red Bull ou quoi ?’’ 

Hamida : ‘‘Ecoute, tu peux m’accompagner jusqu’à ô Gâterie ? Euh ô Gallery’’ 

Mbarek se soumet à la grâce de Hamida Laâmech pour ensuite disparaître dans les Spams du paysage… Et Hamida rejoint sa Maserati Gran-sport V-8 pour vêtir une partie de son corps. Après que notre Paris Hilton nationale s’est voilée, elle s’envole chez elle pour prendre une douche mais surtout pour faire du tberguig sur Facebook histoire de savoir qui fête
la Saint-Valentin et qui ne la fête pas. 

En route, elle imagine tous les drapeaux rouges avec l’étoile verte en forme de cœur et l’étoile serait la flèche de hadak qu’on appelle cul-bidon (ou je ne sais quoi). Quelques mètres plus loin, notre décoiffée aperçoit un jeune homme tenant une grande pancarte verte avec du gribouillage en rouge dessus. De loin, Mentoufa était sûre qu’il s’agissait d’une nouvelle campagne d’un huppé-rateur téléphonique avec une nouvelle méthode de street-teasing. Alors qu’en réalité, le jeune homme en question a économisé les flousses de l’affichage urbain en écrivant un grand ‘‘je t’aime’’ à sa copine qui l’attendait en face. C’est mignon.   

 

Elle est bien faite cette fête, même très bien puisqu’elle commémore l’amour et les amoureux un jour sur 365. Çà stimule les commerces des fleuristes qui chôment tout au long de l’année. Sans parler des chocolatiers et des restaurateurs. Donc économiquement parlant et sans ironie, Hamida trouve çà limite obligatoire.  

Mais où sont les célibataires dans tout çà !? Un soir de Saint-Valentin tout(e) seul(e) est la chose la plus horriblissime pour un célibataire surtout en voyant les couples s’embrasser, on dirait presque qu’ils le font exprès. Cela pousse Hamida Lamèche à défendre la cause des célibataires et des célibattant(e)s. On fête l’amour et pourquoi pas le célibat ? L’idéal serait le 13 février : journée mondiale du célibatisme. Avec comme devise ‘‘décélibatairisez-vous quand même’’ comme çà le lendemain sera une fête aussi.    

Hamida a toujours vénéré les déclarations. Çà fait rêver, sauf qu’il existe un problème de réticence émotionnelle, on n’ose pas… 75% des Marocains se disent timides mais en réalité, seulement la moitié l’est vraiment. Ce qui fait un peu moins du tiers, c’est-à-dire les trois quarts mais çà dépend des statistiques si vous comptez avec le sixième doigt G de votre deuxième coude à gauche entre les jambes capillaires… et le But ! Tout çà pour dire qu’il faut tout dire et l’appeler tout de suite. Qui tente rien n’a rien.  

Mais la plupart du temps, Lamèche opte pour le plan B ; le plan B tout simplement c’est quand l’amour vient d’où on l’attend le moins. (Pour info, Hamida croit aux père noël).  

Après avoir rempli son contrat de voiturière, Hamida Mentoufa prend le bus et rentre chez elle… Seule dans sa chambre comme la dernière cigarette d’un paquet de 20. Notre amie est déboussolée entre son célibat, sa peluche et ses ex-amours, perturbée par tous ces plans qui ne marchent que rarement et que pour certains. Elle met la 3ème saison d’Alerte à Malibu histoire de se rincer l’œil avant de prendre une feuille rose et un autre instrument que je n’ai pas le droit d’énoncer et commence à se masturber et se remasturber… l’esprit. Un jour elle trouvera ‘‘l’hamceur’’ parce que les seins en valent le teint et surtout parce qu’elle le vaut bien. 

MBA : Hamida Mentoufa Meilleur Blog Humeur-Rustique

Samedi 9 février 2008

C’est avec un immensissime contentement (ou quand on te ment) que Hamida Mentoufa a été formellement informée de l’information !

Mademoiselle Lamèche l’a très mal pris (capillairement parlant), elle jure de ne pas baisser les bras (ni le pantalon) pour plaire à n’importe qui.

Cette consécration représente un booster pour l’ego Hamidien mais surtout une chance exemplaire pour l’anti-conformisme au Maroc !   

Le personnage de ce blog est un préjugé pour descendre tous les préjugés, c’est-à-dire comment une jeune femme cruellement timbrée sur les bords (de la poste) arrive à concéder un avis passionné sur ce qui se passe ‘‘partout’’.

Si Hamida Mentoufa arrive à vous extorquer un sous-rire, c’est malgré elle, c’est à cause de l’auteur et c’est grâce aux lecteurs.

Je remercie toutes les votantes et les votants… Je ne sais pas si vous avez fait le bon choix ! Mais assumons-le tous ensemble.  

PS : Une grosse pe(n)sée à Fhamator et Hdidane.

Sortez les séchoirs (euh les mouchoirs !)